Arrêter de fumer n'est pas chose facile

Il s'agit de renoncer à une habitude quotidienne bien installée.

Le chemin vers un arrêt total est souvent long et difficile, notamment du au fait qu'un conditionnement psychologique et comportemental va s'installer aux dépens du fumeur pendant que la dépendance physique s'installe.

Cette dépendance impose au fumeur un certain mode et niveau de consommation de cigarettes sous peine d'être victime de symptômes de manque (pulsions irrésistibles de fumer, irritabilité, nervosité, agressivité, difficulté à se concentrer, troubles du sommeil....)

Il existe cependant des traitement de substitution ainsi que des traitements médicamenteux facilitant le sevrage qui sont très efficaces.

Les substituts nicotiniques

Il en existe deux types:

Ces substituts sont accessibles sans ordonnance et existent en différents dosages.

Nous sommes à votre disposition pour déterminer le dosage et la forme les plus adaptés à votre cas, la durée de traitement ainsi que leur utilisation.

Les traitements médicamenteux

Il existe à l'heure actuelle deux médicaments indiqués dans le sevrage tabagique.

L'homéopathie

Elle peut être utilisée seule ou en complément des substitus nicotiniques pour aider à combattre les symptômes liés au sevrage tels que la nervosité, les troubles du sommeil, la constipation, pour palier aux pulsions ou encore pour limiter la prise de poids liée au grignotage.

Les moyens alternatifs

On peut également citer l'hypnose.

L'arrêt du tabagisme reste difficile malgré toutes ces aides mais le plus important reste tout de même la motivation.

Cet arrêt peut être parfois démotivant lors d'une rechute mais il faut bien avoir à l'esprit qu'une cigarette fumée ne doit pas être considérée comme un échec mais plutôt comme une étape vers la réussite.

Pour s'aider, le fumeur peut même penser aux bienfaits de l'arrêt dont certains se manifestent très rapidement:

Tous les articles du dossier